Un nouveau modèle agroécologique pour dynamiser les oasis

Un nouveau modèle agroécologique pour dynamiser les oasis

11 octobre 2020 0 Par Nancy
 
Informations fournies par Pro Natura international.


Selon l’étude Pro Natura International, le Dr Mohamed Bouchentouf a lancé une initiative de revitalisation des oasis avec l’agroforesterie et le biochar, en Algérie, en 2019.

 
Ce projet s’appuie sur un système de production oasien actuel avec des pratiques agroécologiques de pointe et sur l’utilisation du biochar pour anticiper les changements climatiques, surmonter les crises alimentaires et permettant d’améliorer la qualité et la quantité de la production. 
 
Le Dr. Bouchentouf précise que l’objectif de ce modèle est de : “démontrer sur un module agricole d’un hectare, qu’un système de cultures réparties sur cinq étages favorise les synergies, permet la protection des ressources en eau et favorise la diversification des productions.” 
D’ailleurs, son initiative est soutenue par la société française Sylva Fertilis, du Groupe SLB International, qui lui a fourni un biochar de haute qualité, le Crescilis, permettant ainsi l’augmentation des rendements de façon spectaculaire.
 
Dans un contexte de changements climatiques, ce modèle agroécologique, extrêmement rentable, permet de réduire les dépenses en eau, en terre, en énergies, de temps de travail, d’intrants tout en réduisant la pénibilité. 
Il permet aussi de participer à la séquestration de carbone dans le sol de manière permanente. Ce nouveau modèle écologique, économique valoriserait l’ensemble des oasis d’Algérie et pourrait créer environ 600 000 emplois directs.
 

Essai “La Clé des Oasis”

L’initiative a commencé avec la création d’une micro-ferme écologique et innovante appelée « La Clé des Oasis », installée à Timimoun, dans le Grand Sud algérien, une ville choisie pour sa représentativité du Sahara sur le plan socio-économique.
 
D’après les premières évaluations des résultats de la micro-ferme à Timimoun, présenté par le Dr Mohamed Bouchentouf, par Pro Natura International, lancée en janvier 2019, ils ont constaté que les essais du biochar sur les arbres pour le développement des oasis ont permis de nombreux avantages : 
  • Très bonne résistance aux fortes températures et aux tempêtes de sable 
  • Dose de biochar : 150 g par plant, profondeur de 20 cm 
  • Apport d’engrais organique (fumier de bovin) : 1 kg par plant
  • Aucun apport d’engrais chimique

Les premières évaluations des essais du biochar sur les palmiers pour rendre possible le développement des oasis sont disponibles dans cet article.

Les avantages du système de cultures à plusieurs étages autour du palmier dattier

  • Valorisation et utilisation optimale de l’espace de culture
  • Utilisation d’une gamme d’intrants agricoles naturels 100 % écologiques comme le biochar
  • Création d’un écosystème propice aux interactions biologiques entre plantes, animaux, insectes, bactéries et champignons
  • Création d’une complémentarité dynamique des cultures pour une meilleure protection des plantes en favorisant les synergies et en limitant les concurrences entre les espèces
  • Maîtrise des temps d’irrigation et maintien du taux d’humidité dans le sol, avec des économies de 80 % sur la consommation d’eau
D’ici l’année 2021, la priorité pour cette initiative tenue par le Dr Bouchentouf serait de produire localement le biochar avec le CarboChar-1.
D’ici deux ans, il est envisagé la création d’un centre de formation spécialisé dans l’innovation agro-écologique adapté aux régions sahariennes.
D’ici trois ans, l’objectif serait de diffuser l’expérience à 10 autres oasis du Sahara algérien. Par la suite, le même processus de diffusion pourrait être mis en place dans les autres pays Sahéliens.
 
Cette initiative est soutenue par plusieurs organismes publics algériens dont l’Agence thématique de recherche en biotechnologies et en sciences agro-alimentaires. 
 

#agroforesterie #biochar #développementdurable #désertification #sahara #algérie #réchauffementclimatique #agroécologie