Les populations bédouines avaient comme mode de vie de s’installer autour d’une source, puis de l’abandonner quand celle-ci était tarie ou salée, pour en chercher une autre.

Nous ne pouvons plus accepter de considérer la Nature comme jetable ou consommable.

Notre survie suppose que nous trouvions un mode de vie durable. Les développements techniques ont mis à notre disposition une quantité importante d’outils permettant de vivre dans des milieux très hostiles. On envisage même d’aller s’installer sur la Lune ou sur Mars, voire sur Vénus.

Il y a d’ailleurs des cosmonautes qui vivent dans la station internationale, dans un milieu où il y a des radiations, ni air, ni eau, et une température très faible. La NASA envisagerait de facturer le séjour 35 000 dollars la nuit.

Une oasis est un milieu beaucoup plus accueillant. Il y a de l’air et même du vent pour produire de l’énergie, de l’eau fossile sous le Sahara et quelques chutes de pluie qui peuvent permettre de renouveler la nappe si on l’utilise avec parcimonie.

Les technologies nous offrent des moyens de traiter l’eau, de conditionner l’air, d’arroser au goutte à goutte, de communiquer par satellite et d’alimenter économiquement l’oasis sans avoir à construire de route.

Pour que tout ceci soit durable, il faut que les prélèvements d’eau soient inférieurs à ce qui tombe dans la zone de protection hydrique, il faut que la végétation pousse malgré le vent et la sécheresse, et surtout que les hommes, les femmes, les enfants et les vieillards acceptent de vivre là et donc y trouvent un revenu, une occupation, une motivation tout en ne détruisant pas le milieu, donc en restant écologique ( R.O.M.E.). les sources de revenus peuvent être agricoles, touristiques, voire liées à des téléservices.

Une subvention gouvernementale d’équilibre sera vraisemblablement nécessaire surtout au début.

Pour évaluer cela, il faut recenser les équipements dont les habitants auront besoin pour faire les activités, ainsi les importations et les exportations envisageables. Tout ceci peut se simuler mais nécessite des compétences multidisciplinaires ( technologiques, sociologiques, agricoles, …) 

L’objectif est de recenser ces compétences pour simuler le fonctionnement d’oasis, puis évaluer les besoins et les coûts. Les $35000 par habitant et par nuit n’étant pas envisageables, même dans des pays ayant de solides revenus pétroliers.

L’oasis étant isolée, on peut facilement mesurer les intrants.

Les oasis étant indépendantes, on peut y faire des expériences différentes. Nous entreprenons de dresser la liste des technologies et des sites envisageables, sur Linkedin, une page pour informer et un groupe, rendre le désert habitable permet de regrouper les personnes compétentes  et intéressées par le sujet.

Les diverses activités

Tourisme

Loisirs

Agriculture

Artisanat